Accéder directement au contenu Accéder directement au menu de navigation

Pourquoi poser un profilé de transition entre différentes pièces ?

Pour le savoir, nous devons nous pencher un instant sur la structure du sol stratifié. Le noyau du sol stratifié est composé de HDF (High density Fibreboard), ce qui implique qu’une planche de stratifié va se déplacer dans TOUTES les directions. Comme il s’agit d’un produit hygroscopique, celui-ci réagit aux changements d’humidité relative (HR). Le sol va donc absorber l’humidité et se dilater pendant l’été, alors qu’il libérera l’humidité et se contractera pendant l’hiver. Cela peut entraîner des variations allant jusqu’à 1 mm par mètre de longueur. En outre, les pièces n’ont jamais toutes les même « climat ». Une chambre orientée sud par rapport à une chambre orientée nord, une buanderie / un débarras, une chambre à coucher principale par rapport à une chambre d’ami, une cage d’escalier… Le sol va alors s’adapter à ce « climat ». Étant donné qu’elles sont reliées l’une à l’autre sur une largeur égale aux portes, des tensions et des craquements peuvent apparaître lorsqu’une surface de sol bouge davantage que l’autre. Le sol stratifié a l’avantage de permettre de découper par la suite des sols qui ne se dilatent pas et de poser un profilé de transition. Toutefois, le dicton reste toujours valable : mieux vaut prévenir que guérir.

back to top

Pourquoi est-il nécessaire de préserver un espace de dilatation pour les sols en vinyle ?

Les sols en vinyle de Quick-Step possèdent une stabilité dimensionnelle exceptionnelle. De plus en plus de possibilités sont proposées. Nous répondons encore mieux aux souhaits et aux exigences des concepteurs, mais aussi des clients.

Le dicton affirmant qu’ « un travail bien entamé est déjà à moitié terminé » s’applique ici aussi. Veillez à bien acclimater le sol en vinyle et ne procédez à la pose que par des températures comprises entre 18 et 30 °C.

Les règles suivantes s’appliquent aux espaces de dilatation :

  • Vinyle pose collée : aucun espace de dilatation n’est nécessaire, ce qui assure une pose extrêmement lisse.
  • Vinyle Click : aucun espace de dilatation n’est nécessaire, même en cas de vastes superficies ou entre des pièces différentes.
  • Espace de dilatation entre des obstacles et les murs : prévoyez au minimum 2 mm (4 à 5 mm de préférence pour être certain de préserver les 2mm en tout point).*

*En tant que Master Installer, vous savez mieux que quiconque que les murs droits deviennent une denrée rare et qu’il n’est pas facile de travailler avec une telle précision. Nous vous conseillons donc de préserver un espace de dilatation précisément égal à l’épaisseur du sol en vinyle.

Pour les sols en vinyle Click, cette épaisseur est de 4,5 mm exactement. Une erreur encore trop souvent commise pour les sols en vinyle Click consiste à « arrondir les angles ». Cette expression signifie que les espaces de dilatation sont laissés selon les règles de l’art, mais qu’ils sont colmatés par la suite à l’aide de silicone, par exemple. Il est important de garder à l’esprit qu’il faut laisser le sol flottant. Lorsqu’il s’agit de bureaux plus grands ou d’espaces commerciaux où les charges varient, vous pouvez envisager, en tant que Master Installer, de préserver tout de même un espace de dilatation. Vous assurez ainsi l’installation flottante et évitez les problèmes éventuels.

back to top

Comment obtenir une pose parfaite du revêtement de sol stratifié imperméable ?

La technologie Quick-Step Hydroseal permet de poser un revêtement de sol stratifié dans des pièces humides (comme les cuisines et les salles de bains). Dans le « langage populaire », il est vite dit que ces gammes sont « hydrofuges », mais seule la surface résiste à l'eau. C'est la raison pour laquelle il est important lors de la pose de tenir compte des éléments suivants :

  1. Il s'agit toujours d'un revêtement de sol stratifié, cela veut donc dire que l'âme est composée de HDF (high density fibreboard). Le HDF est et reste hygroscopique et doit donc toujours être placé d'une manière flottante.
  2. La précontrainte du clic est essentielle pour garantir la surface résistante à l'eau, une pose correcte est importante pour la conserver et pour assurer la résistance à l'eau.
  3. Il est important de respecter un joint de dilatation de 8 mm le long des murs et d'intégrer des joints de fractionnement dans le cas de surfaces plus importantes et aux passages de portes. Les WC, les colonnes de lavabos, le bac de douche, etc. sont des exceptions parce qu'ils doivent être mastiqués (utilisez pour ce faire le Quick-Step Hydrokit) ou bien posés après le sol Quick-Step.
  4. Dans les pièces humides, on veut éviter l'infiltration (éventuelle) de liquides en-dessous du revêtement de sol. Pour ce faire, on utilise souvent du silicone, mais alors, le sol reste bridé. On peut l'éviter en utilisant le fond de joint en mousse PE Quick-Step que l'on peut insérer dans l’espace de dilatation. Ensuite, on peut appliquer une fine bande de silicone (Quick-Step Hydrokit) sur le fond de joint en mousse PE. De cette manière, vous obtenez une étanchéité parfaite et vous conservez la flexibilité de la pose flottante. De plus, vous pouvez éventuellement encore appliquer une fine bande contre la partie inférieure de la plinthe (ceinture et bretelles).
back to top

Quelles sont les lames de scie les plus appropriées pour nos sols ?

Pour nos sols en vinyle, la réponse est simple : aucune. Le vinyle est tellement facile à travailler avec un couteau concave que ce serait une erreur de faire des chutes supplémentaires et de perdre du temps. De plus, cela entraîne la production de chaleur supplémentaire et l'usure des lames de scie de façon inutile. Pour les parquets, nous conseillons d'utiliser une lame de scie avec moins de dents, mais avec des dents plus épaisses. Vous les reconnaissez à l'indication « WOOD ». Ce type de lame de scie favorise aussi bien la vitesse de passage que l'évacuation des copeaux. Une lame de scie multi-matériaux finement dentelée est conseillée pour scier le revêtement de sol stratifié. Ce type comprend entre 48 et 80 dents selon le diamètre de la lame et a typiquement une forme de dent « W » (« 4TF » ou « WS/FA »). Cette lame de scie est généralement utilisée pour les matériaux durs (comme le plexiglas ou le stratifié compact). Toutefois, l'élément principal reste l'utilisation d'une lame de scie fine. Pourquoi ? Cela assure une meilleure vitesse de passage, une découpe propre, sans oublier un travail plus sécurisé. De plus, c'est un élément crucial lorsqu'on scie des plinthes : il ne faut jamais scier avec une lame de scie qui a déjà été utilisée pendant toute la pose pour scier le parquet ou le revêtement de sol stratifié ! En effet, la qualité de coupe serait insuffisante pour des coupes d’onglet parfaites sans éclats.

back to top

Est-ce la solution aux problèmes d’humidité ?

L’efficacité, la stabilité et la résistance des sols stratifiés, du parquet et du vinyle s’améliorent jour après jour grâce aux nouvelles technologies et techniques. Toutefois, ces sols peuvent toujours être exposés à l’humidité. Pour bien schématiser le problème, il est important de distinguer l’humidité en surface, d’une part, et celle issue de la sous-face, d’autre part.

Intéressons-nous tout d’abord à la problématique de l’humidité de surface.

  • Les sols stratifiés et les parquets sont des produits à base de bois qui est un matériau par nature hygroscopique, ce qui signifie qu’ils absorbent l’humidité quand ils sont plus secs que le milieu auquel ils sont exposés, et provoquer à terme dilatation ou déformation. Solution ? Pour limiter le risque de dilatation et de déformation, Quick-Step propose la technologie Hydroseal et Protect+ respectivement sur nos sols stratifiés et sur nos parquets. Une pose conforme sur un sous-sol plan et stable, sans endommager les systèmes d’encliquetage, est également nécessaire pour éviter les dégâts. Les irrégularités favorisent en effet l’apparition d’interstices et d’ouvertures entre lames, où l’humidité peut pénétrer.
  • Le LVT est un produit thermoplastique, qui ne réagit pas à l’humidité. Il est cependant toujours possible que l’humidité pénètre par la surface, le long des systèmes d’encliquetage ou le long des parois des murs et des obstacles. Dans ce cas, l’humidité peut provoquer des moisissures en sous-face et colorations du Livyn.
  • L’humidité ou la sécheresse en surface peuvent également avoir une autre cause importante. Il s’agit de l’humidité ambiante relative (HR). Ces facteurs sont difficiles à maîtriser. La différence d’humidité relative de l’air entre l’été et l’hiver en est un exemple. Il est important de veiller à ce qu’il n’y ait pas de fluctuations extrêmes d’humidité (HR) à l’intérieur d’une habitation. L’humidité relative est idéalement comprise entre 45 et 65 %. Si elle est supérieure à ce pourcentage, le sol stratifié ou le parquet va absorber l’humidité pour revenir en équilibre et va libérer cette humidité si l’humidité devient trop faible. L’humidité de l’air n’a toutefois quasiment aucune influence sur le LVT.

Voyons maintenant la problématique de l’humidité en sous-face.

  • Il est surtout question d’humidité issue du support lors de rénovations. Les habitations plus anciennes ont généralement été construites sans pare-vapeur. Solution ? Mettre un pare-vapeur sous le revêtement de sol, mais généralement, cela n’offre pas de garantie permanente. Dans ce genre de situations, il faut d’abord trouver la cause, puis résoudre le problème de manière constructive.
  • Dans notre secteur, nous sommes le plus souvent confrontés à l’humidité résiduelle dans la construction. Il peut s’agir d’une chape (ciment, anhydrite, béton…) ou d’un sol existant (dalles, plancher béton, plancher bois, OSB…). Solution ? Il est important de respecter les valeurs standards, identiques pour toutes les catégories de produits.
  • Ciment : sans chauffage par le sol : 2,5 % CM / avec chauffage par le sol : 1,5 % CM
  • Anhydrite : sans chauffage par le sol : 0,5 % CM /avec chauffage par le sol : 0,3 % CM

Les valeurs CM sont mesurées à l’aide d’une bombe à carbure. Il s’agit d’une mesure destructive, ce qui signifie qu’il est nécessaire de perforer le support. De nombreuses personnes optent donc pour une mesure de l’impédance (p. ex. Tramex). Cette mesure n’est pas destructive, mais reste indicative. Les revêtements de sols stratifiés et les parquets essayent de rester en équilibre avec le support, et vont alors se dilater ou se déformer. Solution ? Comme nous sommes confrontés à une humidité résiduelle, vous pouvez retenir un excès limité d’humidité grâce à une sous-couche avec un pare-vapeur ou une barrière époxy bi-composant. Si vous souhaitez être totalement sereins, la pose des plinthes à un moment ultérieur peut être une possibilité pour une meilleure évacuation de l’humidité résiduelle car le blocage de l’humidité en partie courante va provoquer une migration vers la périphérie.

On sait que le LVT ne souffre pas de l’humidité, mais l’humidité résiduelle dans la construction, ou l’humidité qui s’est infiltrée par le dessous, peut provoquer des problèmes. La raison est très simple : l’humidité se transforme en vapeur sous l’influence des rayons du soleil. Cette vapeur s’infiltre lentement à travers le système d’encliquetage. Si le soleil tape fort, la vapeur qui s’est accumulée peut repousser le sol. L’humidité peut également endommager le collage en cas de pose collée.

Une chose est sûre : l’humidité n’est pas un élément à négliger. Il est très important de traiter ce problème et de prendre les mesures ou précautions nécessaires.

back to top

Comment effectuer une installation parfaitement et plus rapidement ?!

L’installation parfaite commence par le choix de revêtement de sol adéquat. Si un client vous demande de placer un revêtement de sol inadapté à une situation donnée, vous risquez de rencontrer des difficultés. Le guide des sols vous aide à définir les questions que vous devez poser pour être certain de recommander le bon produit (vérifications obligatoires).

Lorsque le produit choisi correspond aux souhaits et aux besoins du client, vous êtes prêt à relever un nouveau défi. Quel est le sens de pose optimal ? Comment gérer au mieux les difficultés et les obstacles ? À quoi faut-il bien réfléchir au préalable pour éviter les mauvaises surprises par la suite ? Si les instructions de pose standard fournies avec nos revêtements de sol constituent une bonne base, vous pouvez faire la différence en tant que Master Installer !

  • La sous-couche: une fois les travaux préparatoires relatifs à la surface de placement terminés, la sous-couche peut être posée. Elle ne doit PAS être placée perpendiculairement au revêtement de sol définitif, car cela n’apporte aucune plus-value. Sa face supérieure doit en revanche toujours intégrer un pare-vapeur afin d’éviter les perforations accidentelles.
  • Sens de pose et obstacles: uniclic/Uniclic permet de modifier le sens de pose pendant le placement. De gauche à droite ou de droite à gauche, ainsi que de l’avant vers l’arrière ou de l’arrière vers l’avant. Vous pouvez néanmoins améliorer fortement le confort de pose en commençant systématiquement par vous atteler aux aspects difficiles du chantier ou à l’obstacle à surmonter. Par exemple, dans le cas des tuyaux de radiateur, il est possible de disposer les lames pour qu’elles s’alignent sur un joint transversal ou longitudinal. Ainsi, nous constatons que dans certains cas, un modèle de pose précis doit être respecté et qu’il est impossible de trouver une solution pour un pilier en béton qui fait obstacle à la pose. Dans ce type de cas, couper et coller les lames avec de la silicone ne facilite la vie à personne. En tant que Master Installer, vous pouvez évidemment fraiser une rainure et insérer une languette, mais cela requiert des compétences et prend davantage de temps.
  • Pose parallèle à un mur, pièces multiples: il est rare de faire face à un mur bien droit. En outre, il peut arriver que le sens de pose ne soit pas parallèle au mur. D’un point de vue esthétique, les lames sont disposées dans le sens de la longueur et dirigées vers la source lumineuse, ce qui permet de limiter le nombre de joints et de donner l’impression que la pièce est plus grande qu’en réalité. Au final, cela n’a cependant pas d’importance pour la solidité du revêtement de sol et c’est le client qui a le dernier mot. Généralement, le même revêtement de sol est utilisé pour plusieurs pièces et le couloir. Dès lors, le sens de pose peut être déterminé par d’autres facteurs que l’un des murs d’une pièce. En tout cas, l’objectif est que lorsque les portes sont ouvertes, les joints se rejoignent parfaitement. Tendre un cordeau n’est donc pas un luxe superflu. Dans certains cas, cette longue ligne peut devenir votre ligne de départ. Lorsque trois ou quatre rangées complètes sont placées le long de cette ligne, il est possible de réaligner quelque peu l’ensemble avant de placer les cales de dilatation. En partant de là, deux installateurs peuvent même continuer le travail, chacun dans une direction différente. Conseil : indiquez toujours une série de points de référence sur les murs. Ces derniers resteront visibles pendant l’intégralité de l’installation, ce qui n’est pas le cas des marques sur la sous-couche.
  • Finition: un autre point à ne pas négliger est la finition du sol. Même si cela semble prématuré, c’est néanmoins crucial au début du chantier. Faut-il poser des plinthes ? Quelle en est l’épaisseur ? Où les joints de dilatation et les profilés sont-ils prévus ? De quel type ? Faut-il prévoir des profilés de transition ? Imaginez qu’après le placement, les joints de dilatation prévus ne soient pas assez larges ou trop larges ! Ou que les clips que vous comptiez utiliser pour la fixation des plinthes n’aient pas été placés.

En prêtant attention à tous ces aspects, vous ferez à coup sûr la différence en tant que Master Installer !

back to top